jeudi 11 août 2011

Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke

Critique des Lettres à un jeune poète de Rainer Maria Rilke

Résumé :
Quatrième de couverture : En 1903, Rilke répond à Franz Kappus, un jeune homme de vingt ans, élève d'un prytanée militaire, qui lui a envoyé ses premiers essais poétiques. Neuf autres lettres suivront, que Kappus publiera en 1929, trois ans après la mort de Rilke.
Leur retentissement n'a fait que s'accroître depuis. Bien plus, en effet, qu'un entretien sur le métier poétique, elles forment une extraordinaire méditation, sur la solitude, la création, l'accomplissement intérieur de notre être.
Cette nouvelle traduction s'accompagne ici d'essais échelonnés entre 1912 et 1919, Sur le poète, Instant vécu et Bruit originaire, ainsi que de poèmes écrits en français, à la fin de sa vie par l'auteur des Élégies de Duino. Trois visages d'un des plus grands poètes de ce siècle.
Le jeune Franz Kappus envoie une toute première lettre au poète Rainer Maria Rilke. Il ne se doute pas que cette timide tentative d'approche sera le terreau d'une riche correspondance. Riche, elle ne l'est certainement pas en lettres - une dizaine seulement - mais en enseignements. Kappus est élève dans une structure militaire et écrit des vers comme Rilke avant lui, cependant, plus qu'un avis sur sa poésie, ce qu'il recherche à travers les lettres est sans doute plus intime et profond.
La correspondance est à sens unique, c'est-à-dire que Franz Kappus a choisi de ne pas publier ses propres lettres mais uniquement celles de Rilke. Ainsi à travers les lettres de l'un des deux correspondants, on devine les propos de l'autre. Il est question de solitude, d'amour, de relation à l'autre et de processus créatif, autant de sujet très variés qui révèlent la fécondité de cette correspondance qui, on le devine, aura certainement été une période charnière de la vie de Franz Kappus.

Mon avis :
Depuis pas mal de temps je me dis qu'il faut que je lise un ouvrage de Rilke, c'est aujourd'hui chose faite! J'avais eu beaucoup d'échos (positifs) des Lettres à un jeune poète et je me suis dit que c'était une œuvre intéressante pour découvrir cet auteur. Je ne me suis visiblement pas trompée puisqu'en quelques jours seulement j'étais déjà arrivée aux dernières pages du livre!
Ces lettres m'ont transportée. L'absence d'une des deux voix  donne l'étrange impression que c'est à nous que ces lettres sont adressées. Ainsi le lecteur, derrière son livre, se sent comme happé par les mots. Il devient directement concerné et se mue en acteur du livre. Les conseils que donnent Rilke à Franz Kappus sont universels et ils touchent d'autant plus qu'on peut parfois sentir qu'ils nous correspondent. L'auteur est alors comme  un ami qui nous fait parvenir des lettres dans lesquelles on découvre des conseils de lecture, des questionnements, des avis et des sentiments.
Le style est très beau et agréable les mots n'ont de cesse de couler vers l'évidence pour former un tout harmonieux. Ces lettres sont riches en petites phrases touchantes et pleines de vérité comme celle-ci : "Lisez les vers comme s'il s'agissait de vers étrangers et vous sentirez au plus profond combien ils sont vôtres". Ces lettres tout le monde n'aurait pas pu les écrire. Elles nous donnent le sentiment d'accéder à une sagesse qui nous est gracieusement offerte, en pure générosité. Comment ne pas en profiter? Ces lettres sont comme les dés d'une salade de fruits, elles ont chacune leur saveur et se complètent pour créer un ensemble savoureux et juste.
Franz Kappus, dans l'introduction à l'oeuvre déclare que "là où parle quelqu'un de grand, d'unique, les petits doivent se taire". C'est sa façon de justifier sa décision de ne pas inclure ses propres lettres aux côtés de celles de Rilke. Néanmoins, je n'ai pu m'empêcher de regretter cette omission notamment concernant les vers du jeune homme. Si Rilke nous fait le plaisir de retranscrire l'un des sonnets de Kappus, nous n'avons malheureusement pas accès à ses autres poèmes. De même on est obligés de tenter de deviner les propos du correspondant au risque bien sûr de se tromper. Une certaine image du jeune homme transparaît tout de même des lettres de l'auteur ce qui n'empêche pas une part de mystère d'éloigner cette correspondance encore davantage d'une "correspondance ordinaire". 
L'édition que j'ai lu comportait également quelques textes en prose de Rilke et des poèmes qu'il à rédigés en français à savoir la série Vergers (1924 - 1925) et les Quatrains Valaisans. C'était un réel plaisir de pouvoir lire cette autre démonstration du talent de Rilke, un auteur que je recommande à tous!

Vous aimerez peut-être aussi :
  • Les souffrances du jeune Werther de Goethe
Du même auteur :
  • Le Livre de la pauvreté et de la mort
  • Les Élégies de Duino
  • Lettres à Rodin

1 commentaire:

  1. Je ne crois pas l'avoir lu au bon moment : c'était une lecture scolaire, à un âge où je m'étais quelque peu éloignée de la lecture. Je crois que c'est pour cela que je n'ai pas su l'apprécier à sa juste valeur. Dommage.

    RépondreSupprimer