mercredi 15 août 2012

"Sur la route" de Jack Kerouac : L'épopée, de l'écrit à l'écran

Exposition au Musée des Lettres et des Manuscrits (MLM) du 16 mai au 19 août 2012


Récemment adapté à l'écran par Walter Salles, l'ouvrage incontournable de la littérature mondiale Sur la route de Jack Kerouac connaît ces temps-ci une actualité riche. Le Musée des Lettres et des Manuscrits qui se trouve à Paris dans le quartier littéraire de Saint-Germain-des-Prés (VIIème arrondissement) profite de l'occasion pour lancer une exposition en partenariat avec MK2 autour de ce chef-d'oeuvre de Jack Kerouac et de sa récente adaptation cinématographique.

Organisation et présentation :
L'exposition (bilingue français/anglais) prend place dans une seule salle de taille plutôt moyenne, cependant les pièces présentées sont nombreuses. L'exposition est donc très dense en informations et il vous faudra largement plus de trente minutes pour faire le tour de tout ce qu'il y a à voir.
Globalement, l'exposition se divise en trois parties :
  • La première nous propose une plongée dans l'univers de Jack Kerouac qui n'est pas seulement l'auteur de son livre mais aussi l'un de ses personnages. Dès l'entrée, on trouve un large panneau qui récapitule les étapes importantes de sa vie depuis sa naissance jusqu'à sa mort. Ceci nous permet de comprendre les enjeux de sa relation avec Neal Cassady. Ensuite de nombreuses vitrines réparties sur toute la longueur de la pièce nous projettent dans son univers quotidien avec l'exposition de vinyls de blues, de tubes de benzedrine, d'une machine à écrire ou encore d'ouvrages de la littérature mondiale qui figuraient parmi ces influences majeures (Feuilles d'herbe de Walt Whitman, Walden de Thoreau, la Comédie Humaine de Balzac, Voyage au bout de la nuit de Céline, Une saison en enfer de Rimbaud, Du côté de chez Swann de Proust, Dostoïevski, Tolstoï, Mark Twain...). Grâce à ces pièces exposées on saisit mieux l'ambiance dans laquelle Jack Kerouac évoluait et comment il s'est construit en tant qu'auteur. D'autres figures majeures de la Beat Generation sont également représentées en vitrine où l'on découvre notamment Howl d'Allen Ginsberg et des portraits de Neal Cassady.
Première partie de l'exposition.
  • La deuxième se compose de la pièce majeure et mythique de cette exposition : le rouleau original de Sur la route. Cet objet est composé d'innombrables feuilles de papier calque coupées et reliées entre elles par du scotch. Le tout mesure 36 mètres. Contrairement à la légende, le visiteur pourra observer que ce tapuscrit est bien ponctué. Jack Kerouac a façonné cet objet afin de laisser libre court à son inspiration sans possibilité de corrections ultérieures et de retouches qui s'apparentaient pour lui à de l'auto-censure. C'est un espace entièrement consacré à la prose spontanée. Jack Kerouac déclare à propos de ce rouleau : "J'ai écrit ce livre sous l'emprise du café [...] 6.000 mots par jour, 12.000 le premier jour et 15.000 le dernier" et "Je l'ai fait passer dans la machine à écrire et donc pas de paragraphes, [je] l'ai déroulé sur le plancher et il ressemble à la route". Selon une anecdote avérée, le fin du rouleau a été dévorée par un chien. Le rouleau est exposé sous verre au centre de l'exposition accompagné de petites notes concernant les différences fondamentales entre le texte du rouleau et celui des premières éditions du roman, largement édulcorées. Des tables de présentation vitrées contiennent également des lettres et des articles de presse qui rendent compte des difficultés de Jack Kerouac à se faire publier ainsi que de l'accueil mitigé dont le livre à bénéficié à sa sortie.
Le rouleau original prolongé par la route en perspective.
  • Enfin la troisième est majoritairement centrée sur l'adaptation cinématographique. On y trouve de nombreux clichés de tournage et des explications sur les lieux qu'il a parfois été nécessaire de totalement reconstituer. Un Who's Who indique les correspondances entre les acteurs et les personnages réels : le visiteur sera certainement étonné de constater la ressemblance entre les clichés comparatifs. Une lettre de Jack Kerouac à Marlon Brando indique que l'auteur de Sur la route avait réellement envisagé l'adaptation cinématographique de son ouvrage et qu'il proposait même de le réorganiser afin de le conformer à ce nouveau format. De nombreux objets utilisés durant le tournage (carnets, photographie...) sont aussi présentés avec certains témoignages des acteurs qui parlent de leur relation au livre. Enfin, des extrait du film sont disponibles sur un écran qui diffuse également un interview de Jack Kerouac où ce dernier s'exprime en français.
Sam Riley incarne Sal Paradise (Jack Kerouac) dans l'adaptation du roman de Walter Salles.

Des choix judicieux :
J'ai trouvé cette exposition très intéressante et bien faite. En effet, l'organisation des pièces permet au visiteur de s'y retrouver et d'appréhender l'univers du livre et du film en toute simplicité. Les objets présentés sont de natures différentes : lettres, livres, objets, photographies, vidéos ou encore vinyls. Ce bel effort de diversité nous invite à découvrir tout un univers.
Le thème de la route et du voyage et repris dans la décoration de la salle. Sur le sol, un linoleum  qui représente la route avec le rouleau original à la place du revêtement en goudron est collé et se marie totalement avec les tons de l'affiche de l'exposition. Le vrai rouleau original quant à  lui est exposé précisément au centre de cette fausse route au sol ce qui rappelle les propos de Jack Kerouac concernant le rouleau représentant la route. Dans un coin de la pièce, une très grande affiche reproduit les couvertures de Sur la route dans toutes les langues et dans beaucoup d'éditions différentes. Le visiteur devient donc à sa façon un voyageur de la route grâce à l'immersion dans l'ambiance de la Beat Generation.
Les notes explicatives concernant chaque pièce ainsi que les panneaux écrits sont très clairs et intéressants. Les explications générales côtoient des commentaires érudits dans un ensemble contrasté qui ravira les promeneurs autant que les connaisseurs. J'ai même retenu certaines phrases comme cette note concernant Proust et Kerouac : "Proust voulait inscrire l'instant dans l'éternité, Jack Kerouac quant à lui voulait inscrire l'éternité dans l'instant."
Il ne reste que quelques jours pour voir l'exposition mais vous pouvez toujours lire Sur la route de Jack Kerouac et visionner l'adaptation de Walter Salles!

Le Musée des Lettres et des Manuscrits :
En 2004, Gérard Lhéritier décide de fonder un musée entièrement dédié à la présentation de Lettres et de Manuscrits. Composé de plusieurs salles, les collections se déclinent selon différents thèmes : l'Histoire, les Arts, la Littérature, les Sciences et la Musique. Il est très émouvant de découvrir les lettres manuscrites de figures importantes qui sont comme autant de témoignages du passé. Certaines pièces datent même du Moyen-Âge. Qu'on soit scientifique, littéraire, historien ou musicien, impossible de ne pas y trouver son compte!
Le Musée des Lettres et des Manuscrits organise toute l'année des expositions, n'oubliez pas de jeter parfois un coup d'oeil à la programmation! Quelques exemples d'expositions présentées en ses murs : "Marcel Proust, du temps perdu au temps retrouvé" ; "l'Académie Française au fil des lettres" ; "Romain Gary : des Racines du ciel à La vie devant soi" ; "Des lettres et des peintres (Manet, Gauguin, Matisse...).
Le Musée des Lettres et des Manuscrits.

2 commentaires:

  1. ça devait être fantastique !!! Merci pour ce bel article que j'ai dévoré ^^ Nul doute qu'on en parlera en face à face mais... Merci :)

    RépondreSupprimer
  2. Si "Sur la route" t’intéresse, il y a quelques semaines France Culture lui a consacrée une émission (en 5 partie, 5 jours donc) dans l'émission Un Été de lectures.
    En tout cas article vraiment intéressant et qui donne envie! :)

    RépondreSupprimer